Pérou  » Politique Interview

Les Cent jours d’Humala vus par l’un de ses proches

Gonzalo Garcia Nuñez au colloque de l'IdA le 18/11/2011 à Rennes
Gonzalo Garcia Nuñez au colloque de l'IdA le 18/11/2011 à Rennes

 

 

VIDEO.Gonzalo Garcia Nuñez est président du Conseil National de la Magistrature du Pérou et responsable d’une commission anticorruption nouvellement créée. Cet économiste réputé commente, dans un entretien accordé à Latina-eco, les premiers mois de présidence d’OIlanta Humala, dont il est proche.

 

 

 

Pour le nouveau président nationaliste de gauche, le soutien de Gonzalo Garcia Nuñez est un gage de sérieux, de modération et de compétence économique. Cet ancien élève de l’Université Nationale des Ingénieurs de Lima (l’UNI, où il est devenu professeur), docteur de troisième cycle en économie de l’Université de Grenoble et resté proche de la France, est une personnalité reconnue des milieux universitaires péruviens. Président du « Colegio de ingenieros del Peru», ancien consultant pour diverses institutions onusiennes, il fut membre du conseil municipal de Lima sous les couleurs du bloc Gauche Unie avant de devenir, en 2001, l’un des directeurs de la Banque Centrale, où il a participé à l’instauration d’une nouvelle politique monétaire centrée sur le contrôle de l’inflation et l’adoption de modèles de prévisions. Au même moment, il s’est rapproché politiquement du lieutenant-colonel Humala, dont il a contribué à rendre plus rassurante l’image radicale et « chaviste ». Dans l’entretien qu’il nous a accordé en novembre dernier, en marge du colloque annuel de l’Institut des Amériques à Rennes (deux vidéos ci-dessous), Gonzalo Garcia Nuñez livre ses impressions sur les débuts du nouveau président, encore haut dans les sondages malgré les conflits croissants entre la population et les compagnies minières. Notamment dans la région de Cajamarca où l’exploitation de la mine d’or de Conga, (un méga projet à 4,8 milliards de dollars mené par l’Américain Newmont) menace les ressources en eau de la population.

I. LES RELATIONS AVEC LES COMPAGNIES MINIERES, LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LE NARCOTRAFIC

II. LES RELATIONS AVEC LA CHINE, LA POLITIQUE MONETAIRE, LES ENJEUX SOCIAUX